Habiter contre la métropole de Conseil nocturne

By notaz / On / In Lus, Sociologie

Dans la Métropole, la sensation de vivre dans un camp de concentration planétaire est à son comble. Face à un bouleversement global et dévastateur des modes de vie, la question qui fait écho en nous est la suivante?: « Où fuir?? » Occuper pleinement, arracher des territoires aux mains de la gouvernance mondiale capitaliste, créer des communautés sont les actes révolutionnaires de ceux et celles qui ont cessé d’espérer, de croire aux «  »miracles » » de l’urbanisme et autres sciences du gouvernement. La création constante de mondes n’est pas un problème sinon un besoin vital dont on décide de se charger ou que l’on délègue à l’oppresseur.

Les droits de l’homme rendent-ils idiot ? de Justine Lacroix & Jean-yves Pranchere

By notaz / On / In Lus, Pensée non paresseuse, Politique

Les droits de l’homme sont régulièrement assimilés à une bien-pensance qui conduirait à la crétinisation des esprits. La liberté de l’individu serait responsable de la dissolution des liens sociaux, de la montée des incivilités, de la domination néolibérale. Les droits contemporains signeraient la fin du politique, car ils ne seraient que des revendications égoïstes détachées de toute délibération collective. Il est temps de répondre à ce fatras de reproches. Non, les droits de l’homme ne font pas de nous des malotrus, ni de mauvais citoyens, et ils ne se confondent pas avec le néolibéralisme. Au contraire, il est urgent, aujourd’hui que la tentation autoritaire s’étend, de donner aux droits de l’homme leur pleine signification. Réplique aux confusions ambiantes, ce livre voudrait servir de boussole démocratique pour des temps troublés.

Justine Lacroix est professeure de science politique à l’Université libre de Bruxelles. Jean-Yves Pranchère est professeur de philosophie politique à l’Université libre de Bruxelles. Ils ont publié ensemble Le Procès des droits de l’homme. Généalogie du scepticisme démocratique (Seuil, 2016).

21 Leçons pour le XXIème siècle d’Yuval Noah Harari

By notaz / On / In Economie, Histoire, Lus, Politique

Après Sapiens qui explorait le passé de notre humanité et Homo Deus la piste d’un avenir gouverné par l’intelligence artificielle, 21 leçons pour le XXIe siècle nous confronte aux grands défis contemporains.

Pourquoi la démocratie libérale est-elle en crise ? Sommes-nous à l’aube d’une nouvelle guerre mondiale ? Que faire devant l’épidémie de « fake news » ? Quelle civilisation domine le monde : l’Occident, la Chine ou l’Islam ? Que pouvons-nous faire face au terrorisme ? Que devons-nous enseigner à nos enfants ?

Avec l’intelligence, la perspicacité et la clarté qui ont fait le succès planétaire de ses deux précédents livres, Yuval Noah Harari décrypte le XXIe siècle sous tous ses aspects – politique, social, technologique, environnemental, religieux, existentiel… Un siècle de mutations dont nous sommes les acteurs et auquel, si nous le voulons réellement, nous pouvons encore redonner sens par notre engagement. Car si le futur de l’humanité se décide sans nous, nos enfants n’échapperont pas à ses conséquences.

Robespierre : L’homme qui nous divise le plus de Marcel Gauchet

By notaz / On / In Histoire, Lus

Robespierre reste une énigme, et une énigme qui soulève les passions. Il a ses admirateurs inconditionnels et ses détracteurs farouches. A la ferveur pour « l’Incorruptible » des uns répond la répulsion pour le « Tyran » sanguinaire des autres. Cette division reflète l’antagonisme des mémoires de la Révolution française. 1789 et 1793 continuent de symboliser les deux faces opposées de notre événement fondateur : le glorieux avènement de la liberté d’un côté et la dérive dans la Terreur de l’autre. Or Robespierre a pour originalité de faire le lien entre ces deux visages. Le champion des droits du peuple à la Constituante est aussi le pourvoyeur de la guillotine de la Convention montagnarde. Comment passe-t-on de l’un à l’autre ? Rupture ou continuité ? Cest cette question classique que reprend ce livre. Il s’efforce d’y répondre en scrutant minutieusement l’itinéraire de pensée que l’abondant discours robespierriste permet de reconstituer. Un parcours qui éclaire le sens de l’événement révolutionnaire lui-même.

L’Hydre aux mille têtes: L’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire de Marcus Rediker & Peter Linebaugh

By notaz / On / In Histoire, Lus

Du XVIe au XVIIIe siècle un monstre hante le monde atlantique. Deux figures reviennent avec insistance sous la plume et le burin des architectes de la première mondialisation capitaliste, qu’ils soient princes, prélats, marchands ou planteurs : Hercule et l’Hydre aux mille têtes. Hercule symbolisait pour eux l’ordre, l’autorité et la souveraineté de leur pouvoir. L’Hydre, son antithèse monstrueuse, symbolisait le désordre et la sédition : les multitudes bigarées et rebelles que formaient les hommes et les femmes dépossédés par l’enclosure des communaux, les marins pressés à bord des bâtiments des marines marchande et militaire, les criminels déportés outre-mer, les réprouvés des sectes religieuses radicales, les insoumis et les déserteurs, les boucaniers et les pirates, les esclaves africains…

La thèse avancée par Peter Linebaugh et Marcus Rediker dans L’Hydre aux mille têtes est que ce prolétariat atlantique formait une classe anonyme transnationale, hétéroclite et polyglotte, traversée par une exigence d’émancipation et de démocratie radicale, dont les menées, depuis les niveleurs et les bêcheux de la Première Révolution anglaise jusqu’aux Jacobins noirs haïtiens, provoquèrent l’inquiétude et la féroce répression des pouvoirs en place, et marquèrent profondément leur temps. Sous la plume de Linebaugh et Rediker, l’histoire  » vue d’en bas  » du capitalisme, de l’invention démocratique et des résistances populaires à l’époque de la première mondialisation change donc de perspective : l’Hydre devient la figure du mouvement et de la résistance des multitudes révolutionnaires auxquelles il s’agit, à travers des récits de vies et d’insurrections, de restituer la visibilité et l’importance dont l’histoire les a privées.

Ainsi fut Auschwitz: Témoignages (1945-1986) de Primo Levi

By notaz / On / In Histoire, Lus

En 1945, au lendemain de la libération, les militaires-soviétiques qui contrôlaient le camp pour anciens prisonniers de Katowice, en Pologne, demandent à Primo Levi et à Leonardo De Benedetti, son compagnon de détention, de rédiger un compte rendu détaillé sur les conditions sanitaires du camp. Le résultat est le Rapport sur Auschwitz, un témoignage extraordinaire, l’une des premières descriptions sur les camps d’extermination jamais élaborées. Publiée en 1946 dans la revue scientifique Minerva Medica, elle inaugure l’oeuvre à venir de Primo Levi, témoin, analyste et écrivain. Dans les quatre décennies suivantes, Levi ne cessera jamais de raconter son expérience du Lager dans des textes de nature différente, qui, pour leur grande majorité, n’ont jamais été publiés ensemble. Des recherches entamées très tôt par Levi sur le destin de ses compagnons à la déposition pour le procès Eichmann, en passant par la « lettre à la fille d’un fasciste qui demande la vérité » et les articles parus dans des quotidiens et des revues spécialisées, Ainsi fut Auschwitz est une mosaïque de souvenirs et de réflexions critiques d’une valeur historique et morale inestimable. Un recueil de témoignages, d’enquêtes et d’analyses approfondies qui, grâce à la cohérence, à la clarté de son style, à la rigueur de sa méthode, nous rendent le Primo Levi que nous avons appris à reconnaître comme un auteur classique de la littérature italienne.

Gouverner la ville numérique de Antoine Courmont & Patrick Le Galès

By notaz / On / In Digital_Livres, Lus

Sous l’effet du numérique, les villes et les territoires sont engagés dans un processus de transformation dont on mesure encore mal la radicalité et les effets. En moins d’une dizaine d’années, de nouveaux acteurs sont apparus, bouleversant des secteurs installés. Les données sont devenues des ressources stratégiques majeures et les algorithmes des instruments de politique publique trop souvent opaques. A l’opposé d’une vision uniforme de la smart city, les analyses proposées dans cet ouvrage mettent en évidence des modalités différenciées de déploiement et de régulation des technologies numériques selon les territoires et leur environnement politico-institutionnel. En s’appuyant sur des études empiriques pluridisciplinaires, cet ouvrage interroge les mutations de la gouvernance urbaine à l’oeuvre avec le numérique.

Winter is coming : Une brève histoire politique de la fantasy de William Blanc

By notaz / On / In Essais, Littérature, Lus

« Les dragons et les Hobbits ont toujours été des animaux politiques. Voyager avec eux, c’est prendre des détours pour mieux parler de l’indicible, c’est s’aventurer sur des chemins de traverse vers d’autres futurs. »

Grande fresque épique de fantasy inspirée des romans de G. R. R. Martin, Game of Thrones est désormais la série la plus célèbre au monde. Cette fascination pour un univers médiéval, dont les protagonistes craignent la venue d’un long hiver apocalyptique, fait écho aux angoisses contemporaines concernant le dérèglement climatique causé par l’activité humaine.
G. R. R. Martin n’a pas été le premier auteur à utiliser la fantasy pour parler des dérives du monde moderne et d’écologie. À bien y regarder, le genre du merveilleux contemporain développé à la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne a constamment servi d’outil pour critiquer la société industrielle.
De William Morris à J. R. R. Tolkien en passant par Ursula Le Guin, Robert E. Howard ou Hayao Miyazaki, ce petit ouvrage invite à questionner la généalogie politique de la fantasy.

William Blanc est historien. Il est notamment l’auteur de Super-Héros, une histoire politique (Libertalia, 2018) et Le Roi Arthur. Un mythe contemporain (Libertalia, 2016).

Le village en cendres de Shen Fuyu

By notaz / On / In Lus, Roman

Fils de paysans de la province du Jiangsu, au centre de la Chine, Shen Fuyu a été mingong (travailleur errant) et a exercé de nombreux métiers avant de devenir écrivain. Avec un formidable talent de conteur, il redonne vie à Shen, son Village en cendres, balayé, comme tant d’autres, par les violentes mutations de la Chine. Au gré de sa mémoire et de celle de ses ancêtres, il ressuscite un monde paysan aujourd’hui disparu et met en scène vie quotidienne, coutumes, relation de chacun à un monde nouveau.

Une Chine éternelle jaillit de ces pages, avec sa façon d’être et ses traditions, ses figures hautes en couleur, sa dureté quotidienne mais aussi ses moments de grâce, marqués par la volonté têtue de chacun de survivre, tout en gardant le plus important – la face. On sillonne les rues du village, on pénètre les coeurs et les maisonnées, les cours fleuries et les jardins, on frôle les esprits et les dieux familiers, on croise un vannier amoureux de son boeuf, un charpentier patriarche et sa scie magique ou encore une femme rebelle qui rosse sans façon son kidnappeur…

Délicatement imprégné de Tao et de Confucianisme, croisant sans cesse la grande Histoire qui a bouleversé la Chine au XXe siècle et l’histoire individuelle, Le village en cendres dresse le portrait surprenant d’un pays de contradictions et l’invitation à découvrir un auteur, très populaire en Chine, traduit pour la première fois en français.

Apprendre à tomber de Mikaël Ross

By notaz / On / In Bande dessinée, Lus

Parce que sa mère est victime d’un accident, Noël voit sa vie bien organisée voler en éclats. Il est bientôt envoyé dans un établissement spécial, pour « les gens comme lui ». C’est la première fois de sa vie que Noël vit seul. C’est aussi la première fois qu’il doit composer avec autant d’autres personnes. A qui peut-il faire confiance ? Qui peut-il aimer ? Et lui, qui va l’aimer ?