Zone Temporaire Noétique

Menu

Catégorie : Lus

Le goût du vrai d’Etienne Klein

« L’air du temps, en accusant la science de n’être qu’un récit parmi d’autres, l’invite à davantage de modestie. On la prie de bien vouloir gentiment « rentrer dans le rang » en acceptant de se mettre sous la coupe de l’opinion. »
Étienne Klein

La philosophie des Lumières défendait l’idée que la souveraineté d’un peuple libre se heurte à une limite, celle de la vérité, sur laquelle elle ne saurait avoir de prise : les « vérités scientifiques », en particulier, ne relèvent pas d’un vote. La crise sanitaire a toutefois montré avec éclat que nous n’avons guère retenu la leçon, révélant l’ambivalence de notre rapport à la science et le peu de crédit que nous accordons à la rationalité qu’il lui revient d’établir. Lorsque, d’un côté, l’inculture prend le pouvoir, que, de l’autre, l’argument d’autorité écrase tout sur son passage, lorsque la crédibilité de la recherche ploie sous la force de l’événement et de l’opinion, comment garder le goût du vrai – celui de découvrir, d’apprendre, de comprendre ? Quand prendrons-nous enfin sereinement acte de nos connaissances, ne serait-ce que pour mieux vivre dans cette nature dont rien d’absolu ne nous sépare ?

Vingt mille lieues sous les rêves de Patrick Lemoine

Ce livre vous explique comment le rêve peut vous transformer en profondeur en vous révélant des informations auxquelles votre cerveau rationnel n’a pas accès. Il expose le point de vue des neurosciences sur cet état modifié de conscience, la façon dont les différentes civilisations et religions l’ont perçu comme un message divin, comment des artistes, tels Racine, Gérard de Nerval, Verlaine, ont su décrire ses mystères. Il répond aux nombreuses questions que pose le rêve : Est-il le propre de l’homme ? Nous aide-t-il à vivre ? Quel rôle peut-il jouer dans le traitement de certaines maladies ? Comment les rêves évoluent-ils au cours d’une vie ?

Dans une deuxième partie, l’auteur se penche sur d’autres états modifiés de conscience permettant également d’établir une communication entre le conscient et l’inconscient, entre le monde rationnel et le monde affectif : les phénomènes de transe collective, la méditation chamanique, les expériences de mort imminente, la dissociation. Comme le rêve, ces états modifiés de conscience peuvent nous aider à guérir de nos blessures. Pour le docteur Patrick Lemoine, certains d’entre eux, comme les transes, pourraient être utilisés pour traiter les états de panique ou le stress post-traumatique.

Berghain, Berlin Bacchanales de Guillaume Robin

Berlin le dimanche : quand la plupart dorment, d’autres se lèvent aux aurores pour se rendre à « la messe », donner leur corps à la danse. C’est vers le Berghain qu’ils convergent, une ancienne centrale électrique de Berlin-Est transformée en club techno. Mais, par-delà les fantasmes et les rumeurs de débauche, que nous apprend ce club sur notre rapport au corps ? Ces longues files noires ne cachent-elles pas un besoin de hors-lieux dans un monde ultra-normé ? Cette réflexion sur les pratiques corporelles en milieu techno s’appuie sur trois années de plongée ethnographique au sein d’une scène qui, à la manière des Bacchanales, semble cultiver jusqu’à l’épuisement l’extase dionysiaque et l’art des mystères.

Le gang de la clef à molette d’Edward Abbey

Révoltés de voir le somptueux désert de l’Ouest défiguré par les grandes firmes industrielles, quatre insoumis décident d’entrer en lutte contre la « Machine ». Un vétéran du Vietnam accroc à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette – et de dynamite – nos héros écologistes vont devoir affronter les représentants de l’ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert.
Dénonciation cinglante du monde industriel moderne, hommage appuyé à la nature sauvage et hymne à la désobéissance civile, ce livre subversif à la verve tragi-comique sans égale est le grand roman épique de l’Ouest américain.
Ce classique, vendu à des millions d’exemplaires depuis sa parution au milieu des années 70, est devenu la bible d’une écologie militante et toujours pacifique… ou presque.

L’anarchie d’Élisée

« C’est la lutte contre tout pouvoir officiel qui nous distingue essentiellement ; chaque individualité nous paraît être le centre de l’Univers et chacune a les mêmes droits à son développement intégral, sans intervention d’un pouvoir qui la dirige ou la châtie. »

Dans ce recueil de textes fondateurs, Élisée Reclus (1830-1905), géographe et anarchiste, replace les grands principes de l’idéal libertaire dans une perspective philosophique, politique et historique. Liant conscience de l’individu et question sociale, il nous délivre un message toujours inspirant : le monde est à nous.

Sur la piste animale de Basptiste Morizot

Depuis les forêts du Yellowstone aux crêtes du Kirghizstan, des steppes du Haut-Var à la terrasse de son appartement, Baptiste Morizot nous invite à partir sur les traces d’êtres hors du commun, souvent mythifiés : les grands prédateurs – ours, loups, panthères des neiges…
À travers différents récits de pistage, l’auteur nous propose ainsi de nous « enforester », selon l’expression des coureurs de bois du Grand Nord canadien : porter son attention sur le vivant simultanément autour de nous et en nous, et apprendre à cohabiter avec lui.
Page après page, le pistage repeuple la nature, et notre monde intérieur.

Réparons le monde, Humains, animaux, nature de Corine Pelluchon

Notre capacité à relever le défi climatique et à promouvoir plus de justice envers les autres, y compris envers les animaux, suppose un remaniement profond de nos représentations sur la place de l’humain dans la nature. Prendre au sérieux notre vulnérabilité et notre dépendance à l’égard des écosystèmes permet de saisir que notre habitation de la Terre est toujours une cohabitation avec les autres. Ainsi, l’écologie, la cause animale et le respect dû aux personnes vulnérables sont indissociables, et la conscience du lien qui nous unit aux autres vivants fait naître en nous le désir de réparer le monde.

Vous avez un chien d’Yona Friedman

Vous avez un chien se présente sous la forme d’une bande dessinée qui met en scène un/e chien/ne et son/sa maître/sse. C’est un manuel d’éducation pour tous ceux qui vivent avec des animaux domestiques ou d’autres êtres vivants. Ecrit par Balkis Berger-Dobermann, qui partage la vie des Friedman depuis plus de douze ans, Vous avez un chien aurait pu s’intituler « Comment dresser ses maîtres», mais l’auteur a préféré s’en tenir à un titre plus « général » et moins « anthropomorphe ».
Vous avez un chien est aussi un livre pour ceux qui ont des chats, des canaris, des poissons rouges. Il énonce selon des principes simples «comment vivre avec les autres, sans être maître, ni esclave» pour reprendre le titre d’un autre ouvrage de Friedman.

Le pouvoir de la pensée flexible d’Adam Grant

« Cela ne marchera jamais ! », « C’est trop compliqué ! », « C’est comme ça qu’on a toujours fait ! », ces phrases vous sont-elles familières ? Alors que nous évoluons dans un monde en mouvement permanent, que nous passons notre temps à remplacer nos biens matériels pour de plus performants, pourquoi restons-nous si souvent campés sur nos positions ?

C’est que nous trouvons refuge dans le confort de nos convictions, nous nous entourons de personnes qui partagent nos idées et fuyons à tout prix la contradiction. Pour Adam Grant, c’est là notre plus grande erreur. À travers de nombreux exemples et en puisant dans les dernières avancées des sciences cognitives, il démontre ici que la capacité à renouveler notre pensée est déterminante pour atteindre à la fois l’excellence et la sagesse.

Nous avons tous la capacité d’apprendre à mettre à l’épreuve nos convictions, tester nos idées, soutenir la contradiction et cultiver les bienfaits du doute. Ayons le courage de nous forger une pensée flexible. C’est la clé de la réussite, car l’innovation et le progrès demeurent du côté de ceux qui savent « repenser ».

Le chien à des choses à vous dire de Jean-Marc Agrati

Premier recueil de Jean-Marc Agrati, Le Chien a des choses à dire est une suite de 24 nouvelles tour à tour poétiques, drôles, grinçantes ou cruelles, toujours décalées. Des histoires dans lesquelles la réalité se prend des crocs-en-jambe futuristico-surréalistes de toute beauté: entre la tendresse, la nostalgie d’un monde perdu où les chiens et les enfants pourraient s’aimer en toute simplicité et la fureur d’un monde virtuel et guerrier qui se construit. Un petit bijou d’humour et d’amour en rêverie prolongée.


Que le personnage soit policier, criminel, clochard, généticien ou chasseur de vampire, l’apocalypse n’est jamais loin et le chien de le quitte pas d’une semelle.


Le Chien a des choses à dire tient du grotesque, de la farce, du macabre. L’imaginaire prend l’époque à bras-le-corps, l’exagération ouvre les portes du bizarre et installe le Chien près des basques d’un Vian ou d’un Ballard.