Zone Temporaire Noétique

Menu

Catégorie : Liens

À l’ère de la surveillance numérique

Avec l’Affaire Snowden, le scandale Cambridge Analytica, ou encore les révélations des Spy Files par Wikileaks, j’ai pris conscience que mes activités sur internet étaient surveillées. J’ai beau le savoir, je ne fais pas grand-chose pour l’éviter. Dans ma tête, c’est comme si c’était le prix à payer pour aller sur internet. Je continue à poster mes coups de gueule sur Facebook, je consulte Twitter plusieurs fois par jour, je commande des pizzas sur internet et je fais des milliers de recherches sur google. Mais à cause de l’épidémie de Covid19, quasiment toute ma vie, sociale et professionnelle, passe par mon ordinateur ou mon smartphone. Depuis le premier confinement, les questions se bousculent dans ma tête sans que j’arrive à les ignorer : que sont les données numériques ? Que révèlent-elles sur moi ? Qui les surveille et à quoi peuvent-elles servir ? Dans quelle mesure cette surveillance numérique est-elle problématique ? J’ai donc retroussé mes manches et, armé de mes livres, mon micro et mon clavier, j’ai décidé de mener l’enquête pour comprendre ce qu’il en était.

Une série documentaire d’Antoine Tricot, réalisée par Rafik Zenine sur France Culture

Épisode 1 :
Le capitalisme de surveillance
Le 29/03/2021
Smartphone, Sites Web, Objets connectés, tous récoltent des données sur ma vie privée. Mais à qui et à quoi ces données servent-elles ? Et finalement cette…

Épisode 2 :
Géopolitique de la surveillance numérique
Le 30/03/2021
Depuis quelques temps, je regarde mon portable Huawei d’un œil soucieux. Et si les services secrets chinois s’en servaient pour m’espionner ? Ou bien les…

Épisode 3 :
Dans les allées de la safe city
Le 31/03/2021
Même lorsque je n’utilise pas mon smartphone ou mon ordinateur, mon visage, ma démarche, mes déplacements sont scrutés par des caméras intelligentes qui…

Épisode 4 :
Échapper à la surveillance
Le 01/04/2021
Un maquillage anti-reconnaissance faciale, une technique de camouflage pour mes recherches sur le web, une formation en chiffrement de données, je ne recule…

La commune de Paris

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 260x348_jlr-caricature-13.jpg.

La Commune de Paris de mars à mai 1871, c’est un programme politique révolutionnaire qui nous questionne encore mais c’est aussi une guerre civile, un de ces moments de l’histoire dont les nations rejettent le souvenir pour oublier qu’ici on s’est entretué sur ce que devait être l’avenir commun sous le régime tant attendu de la République en France.

La commune n’est pas morte, elle bouge encore, d’autant plus ces dernières années où on l’a vue citée aux quatre coins du monde, de Paris à Oakland en passant par les ronds-points des Gilets Jaunes et le bateau de sauvetage des réfugiés en Méditerranée de l’artiste Banksy.

Qu’est-ce donc que la Commune ? Lorsqu’on évoque ces 72 jours on pense à Louise Michel, à Eugène Varlin, à Courbet et son dilemme : peindre ou faire la révolution. Il y a aussi ses barricades, l’incendie des Tuileries, l’air un peu fané du Temps des cerises et la plaque du cimetière du Père Lachaise sur le Mur des Fédérés.

Une série documentaire de Anaïs Kien, réalisée par Somany Na

La Commune de Paris, dernière révolution avant la République (4 épisodes)

20 ans de démission

Alors que les Français se retrouvent plongés dans la réalité d’un climat qui change et qu’ils manifestent leurs craintes, l’émergence d’un plan politique concret se fait toujours attendre… Comment interpréter une telle ignorance ou un tel désintérêt ?

Canicules historiques, sécheresses à répétition et inondations : cette fin de décennie aura été marquée par une série d’évènements extrêmes plongeant la France dans la réalité des dérèglements climatiques. Elle aura aussi été marquée par l’émergence de mouvements de citoyens conscients des enjeux et inquiets pour leur avenir.

Dans cet essai Cyrille Cormier se penche sur l’attitude de la France, et en particulier de ses quatre derniers dirigeants, face à la crise climatique globale. ll raconte, étapes par étapes, comment l’État esquive la question climatique depuis 20 ans. Comment expliquer cette démission permanente ?

Ecoutez l’émission

La poudre du Diable

-« Haa!, Monsieur le Conte De Témouleynes, les contrées sauvages sont elles sauvages? Sont elles des contrées? Est ce que les races de payens courent leurs attributs à l’air? Décrivez moi! Faites bref! »
-« Votre Eminence nous avons, au nom du Christ Roi civilisés ces sauvages et ces vierges. Tout cela au périls de nos vies et en sacrifiant les leurs…. On c’est régalés! »
-« Console toi, tu ne me chercherais pas si tu ne m’avais pas trouvé. »
-« C’est de qui? »
-« Poursuivez! »
-« Les fournisseurs de votre Eminence, la famille Narcos, n’ont pas inventé l’eau chaude ni la délicatesse… des sanguinaires, des pas commodes. Un des produits qu’ils nous proposent peut enrichir votre Eminence et alimenter l’autre trafique. La première livraison aura lieu demain. »
-« Très bien, on va la jouer avec mes règles. La première livraison elle sera pour leur barbe à ces singes. »
-« Forcément ça va les vexer! Mais voyez plutôt ceci. »
-« Qu’est-ce? »
-« C’est du café votre Eminence. On le mout, on y ajoute de l’eau chaude, c’est un excitant si on en boit trop. »
-« Et ça. »
-« Ca, c’est du chocolat mon Eminence. Un vrai délice, cela ce boit avec du lait, chaud ou froid. Le seul petit problème, veillez à ne pas en boire trop cela fait grossir. »
-« Et la poudre rouge? »
-« C’est la poudre du diable mon Général. C’est tiré d’une feuille, ça ce fait au trait, cela s’aspire par le nez et après on fuse, mais grave. T’es brillant , loquace, un tantinet casse couille. Tu peux descendre tous les liquides que tu veux t’es jamais de travers. T’as un trou dans le palet, tu sens plus tes crochets, c’est le diable en poudre mon Général. Moi, ça fait 42 jours que j’ai pas fermé l’oeuil, dont trois semaines de triques! »
-« Trois semaines de triques? »
-« C’est le produit en question. Si on compte un pif par habitant, il l’a voit la cagnote mon Eminence? »
– » Tu donneras le café à la Reine, le chocolat au Roi, nous on va se garder la poudre du diable. ! »