My bloody valentine Loveless de Guillaume Belhomme

By notaz / On / In Lus, Sciences humaines

« Les amateurs de My Bloody Valentine ont trouvé le temps long entre leur première écoute d’Isn’t Anything et la sortie de ‘Loveless’, en 1991. De studio en studio, Kevin Shields et sa bande auront mis deux années à façonner l’album qui marquera de ses guitares brumeuses et de ses voix lointaines le début des années 1990 et qui continue de hanter tout amateur de distorsions. « Dans les pas du Velvet Underground, d’Heldon ou de Suicide, My Boody Valentine a accouché avec un art qui n’appartient qu’à lui, et que l’on copiera, de la bande-son de ses errances et de ses doutes. À tel point que l’influence de ‘Loveless’ aura sur le groupe un effet paralysant : vingt années passeront avant qu’il n’enregistre un ‘nouvel’ album. Assez de temps pour interroger la nature de ce désenchantement qui menace tout créateur véritable c’est-à-dire : souvent inquiet… » Chef-d’oeuvre de noisy pop, bruyant et doux, cotonneux et mouvant, apogée de la carrière du groupe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *