Note sur la suppression générale des partis politiques de Simone Weil

By notaz / On / In Lus, Philosophie

Ce réquisitoire balaie d’un revers de main la démocratie telle qu’elle a cours. Et, ose-t-on ajouter, telle qu’elle a encore cours. Son argumentation repose sur des réflexions philosophiques qui traitent de l’organisation idéale de la collectivité en démocratie, notamment le Contrat social de Rousseau. La raison seule est garante de la justice, et non les passions, nécessairement marquées par l’individualité. Or, les partis, puisqu’ils divisent, sont animés par les passions en même temps qu’ils en fabriquent. Pour Weil, un parti comporte potentiellement, dans sa lutte pour le pouvoir, un caractère totalitaire. Ils défendent leurs intérêts propres au détriment du bien public. Il faut se garder comme de la lèpre de ce mal qui ronge les milieux politiques mais aussi la pensée tout entière. Contre les passions collectives, elle brandit l’arme de la raison individuelle.

Rédigé en 1943, ce texte propose un système fondé sur l’affinité et la collaboration de tous, un hymne à la liberté individuelle capable de s’exprimer dans le cadre d’une collectivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *