La piraterie dans l’âme : Essai sur la démocratie de Jean-Paul Curnier

By notaz / On / In Essais, Lus, Philosophie, Politique

Démocratie et piraterie : pourquoi un tel rapprochement ? On aurait plutôt tendance à penser que la piraterie, monde des hors-la-loi, du crime et du pillage, est à l’exact opposé de la démocratie qui incarnerait, elle, le triomphe du droit. Que font donc ici, associés, les représentants respectifs de la morale et de l’immoralité ? On savait, depuis quelque temps déjà, et par les historiens, qu’au XVIIIe siècle, époque de son apogée aux îles Caraïbes, la piraterie se dotait d’une forme d’organisation assez exemplaire de ce que nous mettons sous le mot démocratie. Ce seul point méritait que l’on réfléchisse plus avant sur le sens d’un emprunt aussi inattendu. II fallait donc aller chercher plus loin la nature de cette association que dans la seule motivation des pirates : non plus du côté de la piraterie mais du côté de la démocratie cette fois-ci, de son histoire et de sa nature profonde. L’argument qu’avance ce livre procède d’un renversement complet de nos habitudes de penser. II tient en ceci : si la piraterie s’est faite si spontanément démocratique, c’est en réalité parce que c’est la démocratie qui a, en son essence, à voir avec la piraterie, avec la prédation et l’extorsion, et non l’inverse. C’est parce qu’elle a, en quelque sorte, la piraterie dans l’âme. Et cela, depuis ses origines jusqu’à nos jours.

Quelle sorte de créatures sommes-nous ? de Noam Chomsky

By notaz / On / In Lus, Philosophie

Qui sommes-nous ? Que pouvons-nous savoir ? Que nous est-il permis d’espérer ? En réfléchissant à ces trois questions classiques, Noam Chomsky présente dans cet essai un tour d’horizon de l’ensemble de sa pensée.

Revenant sur sa conception du langage et de l’esprit, puis de la société et de la politique, Noam Chomsky conclut son brillant exposé par un plaidoyer pour ce qu’il appelle le « socialisme libertaire », qu’il lie à l’anarchisme et aux idées de John Dewey, ainsi qu’à certaines des convictions de Marx et de Mill.

Cet ouvrage regroupe des cours que Chomsky a donnés à l’université Columbia en linguistique, en sciences cognitives et en philosophie politique, dans le cadre d’un cycle de conférences intitulé les « John Dewey Lectures ».

Le procès de la liberté Broché de Michèle RIOT-SARCEY

By notaz / On / In Lus, Politique

Dans cet ouvrage, Michèle Riot-Sarcey fait revivre les idées de liberté surgies au cours des expériences ouvrières et des révolutions sociales du XIXe siècle français. Des idées largement oubliées depuis : minoritaires et utopiques, incomprises à leur époque, elles ont été maltraitées par l’histoire devenue canonique. Leur actualité s’impose pourtant aujourd’hui, à l’heure où l’idée de liberté individuelle a été dissociée de la liberté collective et réduite au libéralisme et à l’individualisme.
Ce passé inaccompli est ici revisité à partir de ses traces multiples : publications politiques, archives, romans, poésie, tableau, etc. Avec un souffle singulier, l’auteure restitue l’étonnant parcours de vie de femmes et d’hommes du peuple si nombreux à s’engager dans les chemins de la révolte, révélant ainsi les modalités méconnues de l’effacement de cette histoire. Comme le rôle des idées du  » socialiste  » Henri de Saint-Simon, qui influença tant de ces acteurs avant de se retrouver au cœur du projet capitaliste et industrialiste du Second Empire. Ou encore celui de Victor Hugo, dont l’immense succès des Misérables contribua à l’oubli de l’esprit de liberté qui avait marqué les insurrections de 1830 et 1848.
Cette fresque audacieuse, aussi excitante à lire qu’elle est remarquablement documentée, démontre la pertinence de la pensée de Walter Benjamin sur la nécessité de  » faire exploser les continuités historiques « . Et elle invite à comprendre autrement les symboles aujourd’hui en ruines du XIXe siècle français : philosophie du progrès, contrôle de l’ordre social,  » mission civilisatrice  » de la république coloniale… Afin de libérer la modernité créatrice de la modernité dévastatrice, ce livre entend ainsi donner à voir sous un jour nouveau les rêves du passé, dont l’actualité prend sens au présent dans la quête d’un avenir radicalement autre.
Prix Pétrarque de l’Essai France Culture – Le Monde 2016

Manuel d’autodéfense intellectuelle de Sophie MAZET

By notaz / On / In Lus, Sociologie

Les hommes-lézards dirigent-ils le monde en secret ?
Le concombre espagnol est-il un serial killer ?
La laïcité est-elle, comme le pot-au-feu, une spécialité française ?
Votre supermarché vous connaît-il mieux que vos parents ?
Face à la complexité du monde, cet ouvrage, drôle, original, accessible et intelligent, propose en neuf chapitres une véritable initiation à l’esprit critique. Du discours des complotistes à celui des publicitaires en passant par ceux des politiciens, des scénaristes de séries télé, des pseudo-scientifiques ou des extrémistes de tout poil, il nous invite à décrypter toutes les formes de rhétorique susceptibles de nous influencer.
Un livre essentiel, à l’usage des jeunes générations, mais aussi de tous ceux qui souhaitent combattre efficacement langue de bois, intox, raccourcis, amalgames, fausses rumeurs et psychoses en tout genre.

Les revenants : Ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France Broché de David Thomson

By notaz / On / In Lus, Pensée non paresseuse

Depuis 2012, plus d’un millier de Français sont partis rejoindre des groupes jihadistes en Syrie. Près de 700 sont toujours sur place, près de 200 ont déjà été tués, et autant ont choisi de rentrer. David Thomson a rencontré ces « Revenants ». Il est l’un de leurs meilleurs connaisseurs. Il les suit depuis des années, les a parfois connus avant leur départ et entretient avec eux des relations directes et régulières. Bilel, Yassin, Zoubeir, Lena… S’ils ont des profils différents, ils ont aussi de nombreux points communs. Certains sont revenus dégoûtés de la violence du conflit syrien, d’autres sont déçus de leur expérience, mais pas repentis. D’autres reviennent blessés ou psychologiquement abîmés. La plupart sont encore en prison, où leur nombre crée des problèmes qui semblent aujourd’hui insolubles. Certains, enfin, sont de retour pour mener de nouvelles actions terroristes sur le sol français. Tous focalisent l’attention des services de renseignement en raison de la menace durable qu’ils font peser sur le territoire national.

Le chant de la machine de David Blot & Mathias Cousin

By notaz / On / In Bande dessinée, Lus

Toute l’épopée de la house music racontée en bande dessinée ! Et non seulement relatée en images mais enseignée : ce genre inclassable n’aura plus de secret pour vous. Vous saurez comment est né le maxi disco, vous pourrez répéter partout ce que le break doit au uprock, on ne vous la fera plus jamais avec le bass drum. Kool Herc mixait sans casque ? Bien sûr ! New Order serait le chaînon manquant entre la pop et la dance ? Évidemment ! Depuis les seventies’nuits musicales du Loft à New York avec le dj David Mancuso et le Gallery de Nicky Siano jusqu’au Palace à Paris en passant par tous les dance-floors, une véritable fresque musicale se déplie sous nos yeux, en vignettes, en chansons, au son d’une disco enfiévrée, à coups de synthétiseur et de rythmes érotico-endiablés. Personnages dégingandés de cette scène époustouflante, tous les grands acteurs à l’origine des musiques électroniques défilent comme autant de stars ou de héros oubliés, se déchaînent sur les pistes les plus pailletées, inventent un genre nouveau et une manière inédite de diffuser la musique ! Le rythme haletant des vignettes retrace à grandes enjambées les influences, les inspirations et les destinées sans que le dessin ne perde en précision. Le lecteur se faufile dans les clubs new-yorkais et s’invite comme par effraction au Palace.

Les métamorphoses de la cité : Essai sur la dynamique de l’Occident de Pierre Manent

By notaz / On / In Lus, Politique, Sociologie

Le propos de ce livre est de présenter une interprétation de l’histoire de l’Occident, plus précisément une interprétation politique de cette révolution permanente qui a caractérisé l’Occident. Ma thèse est la suivante : la cité est la source première du développement occidental. Avant cette invention, les hommes vivaient selon l’ordre relativement immobile des familles, encore prégnant dans bien des régions du monde. Avec la cité, l’humanité s’engage dans ce nouvel élément qu’est le politique entendu comme gouvernement de la chose commune, et l’histoire de l’Occident devient alors celle de ses quatre grandes formes politiques: la cité donc, puis l’empire, l’Eglise et la nation. Cette succession n’est pas seulement chronologique, elle est aussi causale. Chaque nouvelle forme résulte de la précédente qui, parvenant au bout de ses possibilités, suscite la nouvelle. C’est ainsi que la cité, déployant ses énergies jusqu’à s’épuiser elle-même dans les luttes intestines et les guerres extérieures, donne naissance à l’empire occidental – celui d’Alexandre, puis celui de Rome. C’est ainsi que l’Eglise comme communauté universelle prend la suite de l’empire, incapable de préserver l’unité dont il portait la promesse. Pendant une grande partie de son histoire, l’Occident restera incertain de sa forme politique, hésitant entre la cité, l’empire et l’Eglise, jusqu’à ce que soit élaborée la forme politique qui permettra aux Européens de se gouverner enfin de manière rationnelle : la nation. Mais cette forme à son tour s’est détruite elle-même dans les guerres  » hyperboliques » du XXe siècle, et nous sommes aujourd’hui à la recherche d’une nouvelle forme politique. Cette étude s’efforce de retracer l’histoire politique, mais aussi intellectuelle et religieuse, de l’Occident en la rattachant sans cesse au problème politique par excellence: comment nous gouverner nous-mêmes? Cette histoire raisonnée des formes politiques est donc aussi une recherche de philosophie politique.